La Croûte du Grand Lièvre ou le Champignon Roi, un cadeau pour l’Humanité

Chaga en AlaskaLe Chaga est le plus puissant antioxydant connu à ce jour. De son petit nom scientifique de chez nous, l’Inonotus Obliquus est utilisé depuis de nombreux siècles par les tribus de l’Arctique. Les Russes l’utilisèrent dès le XVI siècle pour ses propriétés curatives exceptionnelles.

Ils le nommèrent le Chaga, un nom dérivé de celui donné par les natifs de l’ouest Sibérien, les Ostyak. Appelés désormais Khanty. Ces derniers, animistes, n’avaient et n’ont toujours pas de médecine scientifique. Le Chaga est parvenu par empirisme et croyances a devenir un élément médicinal fondamental des premières nations de Sibérie, mais aussi des Indiens Cree des Woodlands du Canada. Les Khanty emploient le Chaga pour guérir et prévenir les maladies en général, mais en particulier pour des problèmes de foie, des problèmes cardiaques, la tuberculose et pour se débarrasser des vers parasites. Tout ceci a été dernièrement confirmé par les scientifiques.Khanty_in_front_of_Chum_near_Lake_Numto L’empirisme est souvent à prendre au sérieux dans le domaine de la médecine traditionnelle des premières nations, pour la simple et première raison que sans lui ils auraient disparu bien longtemps avant l’arrivée des colons alors que les contacts entre des peuples très éloignées étaient déjà fréquents. Les Khanty utilisent aussi le Chaga pour faire de l’eau savonneuse. Il est mis dans l’eau chaude après l’avoir chauffé au rouge. Le tout est mélangé pour obtenir une eau noire aux puissantes propriétés nettoyantes et désinfectantes. Il était par ailleurs fumé ou chiqué, par les Amérindiens ou même les Ainu des Iles Kuri et Sahkhalin.

En Amérique du Nord, une légende Cree attribue l’origine du Chaga à l’être mythologique de la familleNanabozoh des « Filous », les Tricksters, le Wisakechak, associé au Nanabozho des Annishnawbek (Ojibwa), qui apparaît parfois sous la forme d’un grand lièvre. Wisakechak aurait trouvé dans la forêt un morceau de croûte noire, Omik h en Cree, qu’il aurait malencontreusement pris pour de la viande séchée. Il l’aurait collée contre un arbre en attendant qu’un homme s’y méprenne aussi, mais c’est un cadeau qu’il fit à l’humanité. Et quel cadeau!

La boutique en ligne

La boutique en ligne

Le Chaga est le plus puissant antioxydant connu à ce jour. Il contient 60 fois plus d’antioxydants que la myrtille sauvage. Il est le premier sur l’échelle ORAC (« Oxygen Radical Absorbance Capacity ») qui indique sa capacité d’absorption des radicaux oxygénés. Il détoxyfie l’organisme de manière puissante. Le Chaga a absorbé toutes les molécules de défense du bouleau parasité.

Le Chaga Nord Américain aurait 50% de plus de nutraceutiques (ingrédients actifs présents à l’état naturel dans un aliment qui procurent un effet bénéfique pour la santé) que le Chaga de Sibérie. On y dénombre aussi des composés actifs antitumoraux et de stimulation de l’immunité et de nombreux phyto-nutriments. Le Chaga que nous vous présentons, provient directement d’Alaska, là où peu d’hommes s’y trouvent et où la radiation et la contamination industrielle n’existent pas encore. Et il est adulte. Le Chaga de moins de 5 ans est faible

Nous vous proposons du Chaga brut appelé « thé » ainsi qu’un extrait. Des produits rares, de qualité extrême et sauvages. Le thé de Chaga délivre une bonne amertume et un léger goût de café moka. Le Chaga Alaskan est plus corsé que celui de Laponie.

Attention ! de nombreuses enseignes vendent maintenant du Chaga d’ici et de là, en morceaux, en poudre pour une tisane ou à ingérer en complément alimentaire. Surtout de Chine, élevé aux hormones dans des fermes de Chaga. Cela ne sert à rien, car notre système digestif n’a pas les enzymes nécessaires pour extraire les principes actifs du bois (chitine). Seules une extraction hydro-alcoolique ou une décoction de 2h à 8h mettent les principes actifs à notre disposition . C’est de la poudre de perlimpinpin. De plus il faut s’assurer du lieu et des procédés de récolte car le Chaga est un chélateur de métaux lourds et des toxines environnementales . Si les arbres sont à proximité d’une zone polluée le Chaga sera pollué. Il devient un poison.

Ces produits sont à la boutique à Paris et sur la boutique en ligne.

Thé de Chaga sauvage d’Alaska: 37€/ 110 gr

Extrait de Chaga sauvage d’Alaska: 39€/ 59 ml

Thé de Chaga sauvage de Laponie:26€ /80 gr

Thé de Chaga sauvage de Sibérie: 24€/100 gr

Précaution: Toute fois, il est fortement déconseillé aux personnes souffrant d’hypoglycémie ou de diabète de type 1.

 Le magazine de la santé en ligne: Presse Santé a publié ce 29 juin 2017 un article de Marie Desange sur le Chaga: Le Chaga, le champignon champion pour la santé.

La Maca, une plante sacrée des Incas.

Mis en avant

C’est au moins depuis le Néolithique, c’est-à-dire depuis au moins 3200  années que les peuples de la Cordillère des Andes utilisent la Maca.  Au XVIIème siècle, en 1615, un témoignage écrit par l’un des amérindiens les plus importants de l’histoire post-colombienne. Felipe Guaman Poma de Ayala, Inca de son état, a écrit un ouvrage extraordinaire pour informer le roi d’Espagne Philippe III. « La lettre au Roi », ouvrage de 1189 pages illustré de 398 dessins, dépeint la culture des Andes. Un monument, un témoignage unique de ce que l’empire espagnol allait faire disparaître à tout jamais.  Felipe Guaman Poma de Ayala, cite la Maca comme la nourriture des guerriers Incas. Elle donnait vitalité et force aux combattants. La Maca était aussi destinée à l’élite des Incas, bien que les Conquistadors la donnèrent à leurs montures pour supporter l’aridité du climat.  La christianisation fit rage et nombre de traditions amérindiennes disparurent très rapidement. La culture de la Maca aurait dû être ainsi oubliée, mais des communautés amérindiennes réfugiées près du lac Titicaca perpétuèrent la tradition. Ce n’est que dans les années 80-90  que la demande grandît suite à des études qui révélèrent les bienfaits de cette plante. Bienfaits que les Amérindiens connaissaient depuis des milliers d’années.

La Maca, Lepidium peruvianum, est cultivée entre 3000 et 4500 mètres au dessus du niveau de la mer sur le Plateau de Junin.  Elle est l’une des rares plantes à pouvoir pousser dans les conditions climatiques des hauts plateaux Andins. Un climat qui alterne le gel nocturne à la chaleur brûlante du jour sous un vent violent quasi permanent. C’est une plante dont la résistance est impressionnante. C’est une plante à racine charnue, de la famille des pommes de terre. Elle est consommée comme un légume, crue, cuite ou encore séchée. Elle présente plusieurs phénotypes différenciés par la couleur du tubercule. Blanc, violet, jaune, noir ou rouge ou par leur forme (voir ci-dessous).

Ce sont la Maca noire et la Maca rouge qui m’intéressent plus particulièrement. Les autres auraient été et seraient consommées quotidiennement comme de simples légumes, même si leur apport en nutriments est considérable. La Maca noire et la Maca rouge possèdent des propriétés particulières, l’une, rare, moins de 10% des récoltes globales de Maca, la Noire, est connue pour ses résultats sur le désir, la sexualité, la fertilité, le stress et l’autre la Rouge, pour son pouvoir antioxydant et nutritif hors du commun.

La Lepidium meyenii Walpers est inscrite par le botaniste allemand Gerhard Walpers à l’Herbarium de l’Université de San Marcos à Lima en 1843. Est en fait une Maca qui ne viendrait pas de Junin et qui est sauvage. C’est pourtant la dénomination officielle et scientifique de la Maca sauvage  des hautes terres andines.  L’autre nom scientifique de la Maca est  la Lepidium peruvianum Chacon.  Cet holotype est spécifiquement la Maca Lepidium peruvianum Chacon  cultivée par les Incas dans le Junin, quelque soit son phénotype. Toutes les formes de Macas sont nommées par les Amérindiens :

Evidemment , depuis 2002, la Chine  importait la Maca du Pérou, puis à partir de 2011, une fois approuvée par le Ministère de la Santé, le pays s’est empressé de le cultiver intensivement sous la dénomination péruvienne de  Lepidium meyenii Walpers ou « Maca Chinoise » sur le plateau du  Qinghai-Tibet dans le Yunnan. Mais ce n’est pas le même climat. Ainsi nous trouvons de la « Maca d’origine péruvienne » en provenance de la Chine.

Et c’est la Maca Lepidium peruvianum Chacon que je vous propose. L’originale, celle qui est aussi appelée le « ginseng » ou « viagra » péruvien.  Mais conformément à la loi c’est Lepidium meyenii qui est inscrit sur l’étiquette. Notre fournisseur est régulièrement sur place pour contrôler la récolte et s’assurer de la sélection, entièrement manuelle, des meilleures Macas.

Précaution : Chez les patients atteints de syndrome métabolique (taux de glucose élevé et pression sanguine élevée), des prises supérieures à 600 mg/jour de poudre de maca entraînent une augmentation de la pression artérielle et du taux sérique de l’aspartate aminotransférase.

Les propriétés traditionnelles :

La Maca noire est préconisée pour augmenter la spermatogénèse et la vitalité des spermatozoïdes. Elle améliore les performances sexuelles, combat le stress et donne beaucoup d’énergie sans exciter. Son efficacité contre les douleurs menstruelles est aussi relevée.

La Maca rouge a un haut pouvoir nutritionnel et est préconisée contre les problèmes de prostate et est celle qui présente la plus importante quantité d’antioxydants. Plus de Zinc, de Vitamine C, de Niacine et de Carotène que toutes les autres Macas. Son taux de Calcium est aussi le plus important de l’espèce.

1 à 2 cuillères à café par jour dans la boisson ou nourriture.

Dans la Maca en général nous pouvons trouver de nombreux micronutriments : des protéines, des vitamines, des minéraux, des glucides et des acides aminés.

Concernant les Vitamines :

La composition de la maca est riche en vitamines: B et C

La Vitamine(B1) : C’est une vitamine essentielle.

Elle favorise la transformation des glucides en énergie. Elle est  indispensable au fonctionnement des muscles et du système nerveux.

La Vitamine (B2) : Riboflavine ou lactoflavine  est présente sous forme de coenzyme. En plus de sa fonction régénératrice du glutathion, elle joue un rôle fondamental dans la transformation en énergie des glucides, lipides et protéines.

En ce qui concerne les Minéraux: Nous trouvons du Calcium, du Fer, du Potassium en grande quantité et du Sodium.

En ce qui concerne les Acides Aminés : Notre organisme fabrique onze acides aminés sur les vingt acides aminés naturels. Les neuf autres sont récupérés par la digestion. La Maca apporte tous les acides aminés dont notre organisme a besoin pour fabriquer les protéines. Dont l’arginine et l’acide glutamique.

Prix et liens:

La Maca Noire biologique en poudre séchée, 100% pure, cultivée dans le Junin au Pérou est proposée à 26€ les 200 g.

La Maca Rouge biologique en poudre séchée, 100% pure, cultivée dans le Junin au Pérou est proposée à 22€ les 200 g.

La boutique en ligne

 

 

 

 

Contactez-nous:

Le sirop d’érable, une invention amérindienne

A découvrir dans l’émission de François Régis Gaudry « Très très bon » sur Paris Première à partir du 13 mars 2016 à 12h00.

Sirop d’érable pur de première qualité des Northwoods du Minnesota. L’ambre boisé des Indiens Chippewa de Red Lake Nation est tout bonnement un must.

La boutique en ligne

La boutique en ligne

Fabrication du sirop d'érables par les Amérindiens en Nouvelle-France (XVIIIe siècle) par Joseph-François Lafitau.

Fabrication du sirop d’érables par les Amérindiens en Nouvelle-France (XVIIIe siècle) par Joseph-François Lafitau.

Le sinzibuckwud est le nom donné par les algonquins qui signifie tiré du bois. Appelé aussi « L’Or Blond du Québec », le sirop d’érable est issu de la sève de l’érable à sucre récoltée au printemps et obtenue après évaporation de l’eau par ébullition. Ce produit haut de gamme pur à 100% sert à napper crêpes, gaufres, céréales, desserts et entre dans la confection de vinaigrettes, marinades, et boissons. Le sirop d’érable est un sucre naturel de la famille des saccharoses. Il peut donc remplacer toutes les autres formes de sucres dans l’alimentation. Il faut 40 litres de sève pour obtenir 1 litre de sirop d’érable.

Les personnes qui exploitent les érables sont appelés des acériculteurs.

Le sirop d’érable est un aliment indispensable de la culture culinaire amérindienne. C’est un édulcorant naturel qui ne contient ni additif et ni colorant.  Issu de la sève de certaines variétés d’érable, il est riche en glucides, et en minéraux essentiels comme le manganèse, le calcium, le potassium, le fer, le zinc, et le magnésium. Il contient 68 % de glucides, dont 80 % sont du sucrose. Les autres sucres retrouvés dans ce produit sont le glucose et le fructose qui sont deux sucres simples ne nécessitant aucune digestion et qui sont facilement assimilables par le système digestif. Le fructose a un pouvoir sucrant supérieur aux autres sucres. Du point de vue nutritionnel, cet aliment est une excellente source d’énergie. A titre d’exemple, 50 ml de sirop d’érable permettent de combler 3 % des apports nutritionnels recommandés en calcium, en potassium et en fer et 2 % des apports recommandés en magnésium. Ajoutons à cela, qu’il fournit des quantités plus qu’appréciables de manganèse et de zinc. En outre, des données récentes indiquent la présence, dans la sève d’érable, de composés phénoliques et de flavonoïdes. Certains de ces composés sont reconnus pour leur puissant effet antioxydant et antimutagène et également pour leurs propriétés organoleptiques, c’est-à-dire qui agissent sur les organes des sens.

Sirop d erable minnesota

Le sirop d’érable que nous vous proposons est pur et de première qualité. Son goût riche raffiné et puissant, le classifie au sommet des sirops d’érable que nous avons dégustés depuis de nombreuses années. L’arôme de la forêt et la puissance du bois sont présents dans ce sirop fabriqué par les Indiens Chippewa du Minnesota. Red Lake Nation est une entreprise tribale.

Il ne contient pas de conservateur, pas de graisse.

5mg de Sodium pour 60 ml de sirop, 52g de sucre, 6% de calcium et 6% de fer.

L’huile vierge de Noix de Macadamia. Manger en Beauté.

C’est un produit d’origine. Un produit du Bush australien.

A nouveau disponible.

L’huile de Noix de Macadamia est riche en acides gras mono-insaturés (80 %, dont 63 % d’acide oléique), considérés comme bénéfiques pour diminuer les risques d’accidents cardio-vasculaires. Sa richesse en acide palmitique en font une huile prévenant l’oxydation des cellules. C’est la seule huile qui a une composition similaire au sébum humain.

La Noix de Macadamia est originaire du sud-est du Queensland et du nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud (NWS).

La boutique en ligne

La boutique en ligne

C’est en 1857 que la noix appelée Boombera, Gyndl ou Jindilly par les Aborigènes reçoit le nom latin de Macadamia Integrifolia, du nom du chimiste occidental Lord John Macadamia. C’est à partir de 1927 que cette noix quitte la forêt tropicale de la côte est australienne pour conquérir le monde.Huile de Noix de Macadamia du Queensland

Les Aborigènes, à cette époque, n’étaient pas seulement persécutés. Ils étaient traqués et éliminés.

Il est possible que cette noix ait été consommée par les Aborigènes depuis – 120 000 Avant JC, date des premières traces de leur existence sur cette région du continent. Bien avant, n’est-ce pas, 1770, date à laquelle le Capitaine James Cook hissa le drapeau anglais pour prendre possession par ce geste de toute la côte est de l’Australie.

La Noix de Macadamia est l’alliée des Hommes. Elle est connue pour son taux élevé en lipides insaturés, similaires à ceux de l’huile d’olive. Elle agit donc comme protecteur cardiovasculaire. Pour son goût délicat. Pour sa forte concentration de vitamines, dont la vitamine E, A1 et son complexe de vitamines B 1/B2. De plus la Noix de Macadamia du Queensland est la seule a contenir une teneur importante en calcium.Macadamia Man

Sa composition lipidique :

– des acides gras insaturés : acide oléique, acide palmitoléique, acide linoléique
– des acides gras saturés : des acides stéariques, des acides arachidique, des acides palmitique

L’huile de Noix de Macadamia du Queensland est une huile sèche. Les Aborigènes l’utilisent depuis toujours pour hydrater la peau. Elle est excellente en application sur la peau du corps et du visage et très efficace pour les massages. Elle ne laisse pas de film occlusif sur la peau. Elle est nourrissante et régénérante, prévient les vergetures et favorise la cicatrisation de la peau.

 

 

La tisane médicinale des Indiens Navajo

La boutique en ligne

La boutique en ligne

Les alpages des Montagnes Chuska de l’Arizona abritent une plante appelée greenthread, plus communément connue sous le nom de thé Navajo ou thé Hopi. Utilisée comme tisane depuis des générations par le peuple Navajo, sa saveur délicate et sa douceur naturelle en font une boisson idéale et sans caféine à déguster chaude ou glacée.Chuska Mountains

Yanabah Tea Company est une entreprise familiale, située en Arizona, créée, gérée  et exploitée à 100% par des membres de la communauté Navajo. C’est Yanabah, la grand-mère de Yellow Bird, la propriétaire de la société, qui a inspiré ce concept. Yellow Bird and her Grandmother YanabahElle a enseigné à sa petite-fille, le processus de cueillette, de séchage des herbes. C’est par elle que Yanabah Navajo Tea  Company est née. Et une partie des ventes de la société est reversée aux Fonds de bourses d’études de la Nation Navajo à Window Rock, Arizona.

Cette herbe est le greenthread une plante de la famille du tournesol, qui pousse de manière sauvage sur les terres de la réserve NavajoGreenThread focus où elle est récoltée pendant l’automne et l’hiver. Elle est plus abondante dans la région de Four Corners aux Etats-Unis, cette région qui se situe à la croisée de l’Arizona, du Colorado, du Nouveau-Mexique et de l’Utah.

Lutéoline

Les Navajos utilisent le greenthread pour apaiser les douleurs articulaires et celles liées à l’estomac. Cette plante contient de la lutéoline, composé chimique de la famille des flavonoïdes, qui est un anti-inflammatoire naturel. Cette tisane est aussi un diurétique doux, bon pour la circulation du sang et le fonctionnement des reins. Elle est préconisée par les spécialistes amérindiens aussi bien pour nettoyer le sang que pour apaiser une rage de dents.

On prête à la lutéoline un grand rôle dans le corps humain, comme antioxydant, destructeur de radicaux libres, agent préventif d’inflammation, comme composé aidant au métabolisme des glucides, et comme régulateur du système immunitaire. Ces caractéristiques laissent à penser qu’elle joue aussi un rôle important dans la prévention du cancer. De nombreuses recherches expérimentales décrivent la lutéoline comme un agent chimique qui réduit considérablement les inflammations et les symptômes du choc septique.

L’artiste Navajo Kady Sun utilise fréquemment un colorant jaune rouille issu du greenthread. Il est tiré des fleurs et des branches de la plante que l’on fait bouillir pendant plusieurs heures. Il est aussi utilisé dans la vannerie.

Tisane navajo

La myrtille bleue sauvage, un trésor pour les yeux

La myrtille bleue sauvage, le bleuet sauvage chez nos cousins du Québec, est une baie particulièrement bien appréciée des hommes et pour cause. En plus d’un véritable délice, c’est un fruit médicinal. Cette baie est native d’Amérique du Nord. C’est pour cela aussi que la myrtille d’Italie ou d’ailleurs ne peut pas concurrencer cette délicieuse bienfaisance amérindienne. La récolte des myrtilles sauvages a lieu tous les deux ans. Elles sont cultivées à l’état naturel car elles ne peuvent être plantées, contrairement aux myrtilles Washington, dont le goût et les propriétés ne sont pas aussi puissants.

myrtille sauvage, blueberry syrup, caviar de myrtille, myrtille d'alaska

Cette baie est reconnue comme le fruit contenant le plus d’anti-oxydants. Sa très faible teneur en sucre permet aux diabétiques d’en consommer régulièrement.

La myrtille sauvage est gorgée d’anthocyanosides (du grec anthos « fleur » et kuanos « bleu sombre ») qui donnent cette couleur bleu intense et ont des propriétés antioxydantes avérées.

La myrtille bleue sauvage est aussi antiseptique et favorise la bonne circulation du sang, qui parcourt  les 100 000 kilomètres de vaisseaux capillaires du corps humain. Mais le plus important bienfait de la myrtille bleue sauvage est la régénérescence du pourpre rétinien, présent dans les bâtonnets, les cellules photosensibles de l’œil. Les cellules en bâtonnets permettent la vision scotopique, c’est à dire nocturne ou à faible luminosité. Elles sont aussi dédiées à la détection des mouvements.

La myrtille bleue sauvage

Pur jus de myrtilles sauvages cueillies au bord du Lac-St-Jean (Québec). Il se consomme  en coulis ou mélangé à du jus de fruits, du vin blanc, du cidre ou de la vodka. Délicieux dans une vinaigrette et avec le fromage.

Caviar de myrtilles sauvages. Ce sirop de myrtilles d’Alaska est un authentique régal. Épais, riche et fruité, il se marie parfaitement avec les crêpes, les gaufres, les crèmes glacées, les fruits, la viande et les fromages. Imbattable, si ce n’est par la rare confiture de framboises de l’arctique.

Vin chaud de myrtille Vin chaud à la Myrtille. Le glögg est un vin lapon sans alcool bien épicé (cardamome, cannelle et vanille) qu’on sert durant la période de Noël avec du pain d’épices, des raisins et des amandes, il renferme tous les parfums et la chaleur de la tradition. Cette boisson est puissante en bouche et peut se boire fraîche.

Le sirop de bouleau alaskan des terres athapaskanes

La boutique en ligne

Le bouleau est un arbre aux propriétés médicinales puissantes. Il est utilisé depuis la nuit des temps par les peuples premiers. La sève de bouleau contient des vitamines A et C en importante quantité, du fer et du calcium et des acides aminés.Sirop de bouleau, sève de bouleau Ces propriétés antioxydantes ne doivent pas être ignorées. La  sève de bouleau contient une majorité de fructose ce qui permet aux diabétiques d’en consommer par petites quantités. Le fructose possède  l’indice glycémique le plus bas de tous les sucres.

Le sirop que nous proposons au détail et distribuons est dans le monde inégalé. Les bouleaux exploités se trouvent à plus de 50 km de la première route. La pollution y est inexistante. Herbicides, pesticides, OGM, n’y existent pas! Ce produit est un petit miracle.

Son goût raffiné surpasse les meilleurs sirops d’érable. Bien que les sirops d’érable élaborés par les amérindiens soient déjà eux-même à cent lieux des meilleurs sirops d’érable canadiens.

Loin de tout,  Dulce et Michael East les propriétaires de Kahiltna Birchworks Birch, exploitent des arbres qui se nourrissent directement dans une source d’eau pure nommée Denali par les Indiens Athapaskans et qui signifie: The Great One. Au pied du glacier Kahiltna.

Imaginez alors la puissance de ce que vous offrez à votre corps plus qu’à votre palais.

Sirop de bouleau, sève de bouleau

Certifié USDA organic depuis 2008.

NB

D’autres marques vendent du sirop de bouleau, comme Weleda, mais il ne s’agit pas de la sève de l’arbre, mais une macération des feuilles. Le sirop que nous proposons n’est pas non plus celui proposé par Kanata qui est canadien et bien en dessous de la qualité du sirop alaskan. Contrairement à ce qui est affirmé, il ne faut pas moins de 110 litres de sève pour faire un litre de sirop de bouleau, soit de 3 à 4 fois plus qu’un sirop d’érable.